MENU

Biographie

Gérard Mermet, 2018 Parcours

 

Titulaire d'un diplôme d'ingénieur AM et d'un MBA de l'université de Columbia (New-York), Gérard Mermet a d'abord exercé pendant une douzaine d’années des responsabilités au sein d'entreprises nationales et multinationales, ce qui lui a permis de connaître de l'intérieur l'univers économique. II s'est ensuite orienté vers la sociologie, publiant en 1985 le premier ouvrage de synthèse sur la société française : Francoscopie. Il a créé en 1994 le cabinet de conseil éponyme. Ses principaux champs d'investigation sont l'observation du changement social, l'évolution des modes de consommation et la prospective.

 

Il a produit et animé pendant neuf ans des émissions de société sur Radio France Internationale. Il a enseigné à l'université Paris-Dauphine. Il a été membre de la commission de réflexion sur les mécanismes de baisse des prix (ministère de l'Économie et des Finances, 2008). Il a effectué des missions internationales pour le compte du ministère des Affaires Étrangères : Hong-Kong; Chine; Canada; Australie; Nouvelle-Zélande; Russie...

 

Activités actuelles
  • Sociologue, analyste du changement social et prospectiviste.
  • Spécialiste des questions concernant la consommation
  • Directeur du cabinet d'études et de conseil Francoscopie
  • Conférencier et intervenant dans des manifestations et événements (congrès, conventions, colloques...).
  • Auteur d’une trentaine d'ouvrages sur la société française, la consommation, l'Europe...
  • Membre de conseils scientifiques (ADETEM, IPEA)
  • Membre de groupes de réflexion (Kaïros, Figures de France...)

 

La passion des mots
« Il faut se fier aux mots, car ils en savent plus que nous sur les choses » écrivait Claude Roy. Gérard Mermet, admirateur et défenseur de la langue française, considère que seuls des mots ou expressions nouveaux peuvent rendre compte de phénomènes inédits. C'est ainsi qu'il a été amené à forger un certain nombre de néologismes dans ses publications. Par exemple :
  • L'égologie, souci de soi, en tant qu'acteur principal de sa destinée, n'excluant pas de porter un intérêt aux autres.
  • La démocrature, mode de gouvernance entre démocratie et régime autoritaire (« illibéral »...).
  • La société mécontemporaine, caractérisée par le pessimisme et la propension à refuser l'adaptation.
  • La société de consolation, qui se « divertit » dans la consommation, comme moyen d'échapper au réel.
  • La société centrifuge, qui tend à rejeter certains de ses membres vers l'extérieur, par opposition à la société centripète qui tend à les intégrer.
  • Les avantages exquis, pour ceux qui les ont acquis, généralement dans un autre contexte, et cherchent à les préserver.
  • Le polémisme, propension à créer et alimenter des polémiques dès la survenue d'un événement.
  • Les adulescents, adolescents précoces mais adultes tardifs.
  • Les sexygénaires, qui poursuivent de plus en plus tardivement des activités de toute nature.
  • L'écolonomie, économie responsable, prenant en compte les contraintes (et les opportunités) environnementales.
  • L'homo-zappens, individu moderne alternant entre des activités multiples et éphémères.
  • Le rapport valeur/coût, en remplacement du « rapport qualité/prix », devenu obsolète.
Gérard Mermet a également créé des typologies décrivant la situation sociale actuelle du pays :
  • Les trois France face à l'avenir : Mutants, Mutins, Moutons.
  • Les trois France face à la crise : Tranquilles, Agiles, Fragiles.